jean-pierre pen
Jean-Pierre PEN : Président des Métropolitaines de St-Grégoire

L’édition 2020 des Métropolitaines de Saint-Grégoire Blot avait eu un franc succès avec 4 000 runners sur l’ensemble des épreuves, dont plus de 1 600 femmes sur la Grégorienne Grand Quartier.

En 2021, le contexte sanitaire nous a contraint à nous adapter en proposant un défi connecté et solidaire qui a rassemblé prés de 2 000 participants dont 600 scolaires.

L’envie de courir n’a pas faibli au cours de ces derniers mois, et nombreux sont les nouveaux adeptes du running. Aussi, malgré une situation sanitaire extrêmement fragile, nous mettons tout en œuvre pour faire de ce rendez-vous incontournable de la course à pied un grand moment de sport et de convivialité.

Un grand merci à tous ceux qui nous soutiennent, qu’ils soient partenaires institutionnels ou économiques, sans oublier les quelque 300 bénévoles qui participent, pour la plupart dans l’anonymat, à la réussite des Métropolitaines.

Profitez pleinement de cette nouvelle édition des Métropolitaines. Bonne course à toutes et à tous !

pierre breteau
Pierre Breteau : Maire de Saint-Grégoire

L’édition 2021 des Métropolitaines fut novatrice et virtuelle ! Une course qui a eu un beau succès, au regard du contexte connu de tous..., Des enjeux et du défi à relever pour l’équipe organisatrice !

La ville de Saint-Grégoire sera bien évidemment au rendez-vous en 2022 comme tous les ans, pour soutenir et accompagner tous les coureurs, bénévoles, partenaires et organisateurs, tous acteurs de la réussite jamais démentie de cette première grande manifestation de l’année.

En l’état actuel des conditions sanitaires, elle a lieu le 23 janvier à Saint-Grégoire, et je m’en réjouis !

Chaque coureur présent sur cette course arrive avec des objectifs différents pour chacun d’entre eux. Un défi personnel, une première course, un objectif de temps, un record personnel à battre... Peu importe, l’important est que chacun s’y retrouve, passe un moment sportif sympathique dans un esprit de convivialité et d’abnégation de soi.

Grâce à la qualité de l’organisation reconnue et réputée à Saint-Grégoire, ce 23 janvier sera, j’en suis certain, encore une journée sportive de haute volée, une journée réussie et enthousiasmante pour tous.

Même le dernier d’une course est devant ceux qui ne courent pas !

À chacune et chacun d’entre vous, je vous souhaite une très belle année, notamment sportive !

SPORT ET ENTREPRISE, UNE RESPONSABILITÉ
Stephanie-Gicquel
Stéphanie Gicquel : marraine de l’édition 2022

Le risque est grand pour le corps et pour l’esprit de rester immobile, figé dans une habitude.

Les exemples sont nombreux pour illustrer les affres de la sédentarité, définie comme l’insuffisance d’activité physique. Je vous livre le mien.

Stephanie-Gicquel

Après chaque projet engagé, je réalise un bilan médical complet pour en mesurer l’impact sur mon corps.

Exception faite du bilan réalisé au retour d’une expédition de 74 jours en Antarctique – qui m’avait littéralement épuisée – le seul bilan préoccupant n’est pas celui effectué après avoir couru un marathon au pôle Nord par -30 °C, ou après cet enchaînement de sept marathons en sept jours consécutifs, ni même après avoir couru plus de 240 km en 24 heures lors des championnats du monde d’ultrafond avec l’équipe de France d’athlétisme, mais le tout premier bilan, celui réalisé après plusieurs années passées à travailler dans un cabinet d’avocats.

Toujours les mêmes postures, l’absence de mouvement, ces journées de travail à rallonge, la dette chronique de sommeil, une alimentation gérée comme on peut, sans attention particulière.

La course à pied m’a permis de reprendre le contrôle de mon corps, de m’y sentir beaucoup mieux, elle m’a permis de prendre conscience de la formidable capacité d’adaptation du corps humain et les effets bénéfi ques ont été quasiment immédiats sur mes autres activités, notamment d’entrepreneur et d’auteur.

Stephanie-Gicquel

Affirmer que le corps est mieux disposé pour courir vingt-quatre heures consécutives que pour rester assis vingt-quatre heures sur une chaise est devenu saugrenu.

Pourtant nous avons deux jambes.

Pourtant la sédentarité est l’une des premières causes de maladies et de mortalité dans le monde.

Le génie et l’intelligence de l’homme, cette ingéniosité permanente et parfois dangereuse avec laquelle il transforme son environnement tout autour pour réduire chaque effort, lui font trop souvent oublier que son corps est fait pour bouger et que l’absence de mouvement l’enferme subrepticement dans une souffrance physique et mentale.

Chaque entreprise porte une part de responsabilité dans ce phénomène de sédentarité.

Il suffirait de mesurer l’évolution du temps de travail passé derrière un écran ou tout autre engin automatisé pour en percevoir l’étendue.

Stephanie-Gicquel

Le sport et l’activité physique sont en conséquence l’un des piliers porteurs de la RSE.

Et quand bien même nous serions tentés de raisonner en termes de ROI plutôt qu’en termes de RSE, ne faudrait-il pas miser davantage encore sur le sport et l’activité physique.

Pourquoi ? Parce que favoriser l’activité physique contribue à l’amélioration de l’état de santé donc réduit l’absentéisme, développe l’aptitude à gérer le stress et les changements, améliore l’attractivité de toute entreprise en quête de talents, consolide l’esprit d’équipe et le sentiment d’appartenance, augmente la productivité en même temps que cette capacité à penser mieux, à penser différemment, à innover.

Par Stéphanie Gicquel, Marraine des Métropolitaines, sportive de l’extrême

Les Métropolitaines proposent un challenge sportif collaboratif à mettre en place dans votre entreprise.
Qu’il s’agisse du premier pas ou d’un pas de plus, il serait dommage de ne pas rejoindre le mouvement !